Sport et économie : comment l’Afrique peut tirer son épingle du jeu

sport et économie en Afrique

Le sport est aujourd’hui devenu une véritable industrie qui brasse énormément d’argent. Le sport roi qu’est le football détient la palme en ce qui concerne les investissements. Toute une économie a émergé autour du sport et l’Afrique possède d’immenses atouts pour faire de ce domaine un pilier important de son développement.

L’économie du sport est unique en son genre et divers pays à travers le continent africain ont réussi à mettre en place des politiques ambitieuses et novatrices qui ont fait du sport un vecteur d’opportunités.

Dans les consciences collectives africaines, quand on évoque sport, on pense immédiatement au côté compétition, performance, record…Bien vrai que ces différents volets représentent la quintessence du sport, il ne faut pas oublier tout ce qui gravite autour. On peut mettre en avant le merchandising, le sponsoring, le boost des infrastructures, la publicité optimisée. Bref, il y a une panoplie d’avantages à tirer du secteur du sport.

Des infrastructures de très haut standing

En matière de création de valeur ajoutée, le continent a tout à gagner. Des pays comme le Rwanda, le Kenya, l’Éthiopie ou encore la Namibie et l’Afrique du Sud ont compris la nécessité de dynamiser le secteur du sport pour propulser l’ensemble des autres variantes de l’économie.

Les autorités rwandaises à travers le Rwanda Development Board (organisme qui se charge de l’attraction, de la rétention et de la facilitation des investissements dans l’économie nationale) ont réussi en mettre en place un processus de développement très audacieux en s’appropriant les occasions qu’offrent le domaine du sport. Sur le plan des infrastructures, le pays des Mille Collines a frappé très fort.

La capitale Kigali abrite le Kigali Center, une salle polyvalente ultra moderne qui n’a rien à envier aux grandes salles américaines. Grâce à ce joyau architectural, la capitale rwandaise est en mesure d’accueillir des compétitions de basketball, de handball, de volleyball de niveau international. C’est notamment au niveau de la Kigali Arena que s’est déroulée la première édition de la Basket Ball African League (BAL), une compétition de très haut niveau qui bénéficie du soutien de la FIBA (Fédération internationale de basket-ball) et de la NBA qui sont deux des institutions les plus prestigieuses du basketball.

Comment combiner économie, performance sportive et infrastructures de qualité

La Kigali Arena est plus qu’un complexe sportif, il s’agit d’une véritable vitrine qui est en mesure d’offrir de très belles perspectives au Rwanda. En plus des évènements sportifs, la salle polyvalente est en mesure d’accueillir des concerts, des conférences internationales ou encore des expositions. Des visiteurs de tous horizons et de très grandes qualités affluent ainsi au Rwanda et font vivre l’économie nationale.

Sur le plan du football, le pays d’Afrique de l’Est a également eu une très bonne vision. À la différence des autres pays, la culture du football n’est pas très bien ancrée au Rwanda. Pour développer des infrastructures footballistiques haut de gamme, les autorités rwandaises ont misé sur le « football marketing » à travers « Visit Rwanda » est un slogan qui fait la promotion du tourisme national grâce au sponsoring de certains des plus grands clubs du monde. Ainsi, la mention « visit Rwanda » est visible sur les différents maillots de clubs comme Arsenal en Angleterre ou encore le Paris Saint Germain en France. Ces clubs emblématiques font ainsi la promotion du tourisme au Rwanda ce qui a permis d’attirer des millions de touristes et des investisseurs importants. Ces investisseurs ont contribué à construire ou à rénover des stades, des terrains d’entraînement, des centres d’optimisation de la performance.

Ces différentes infrastructures permettent d’attirer des sportifs de renom qui participent ainsi à renforcer l’image du Pays des mille collines. Des emplois directs et indirects sont créés autour de ces infrastructures de premier choix. Dans le cyclisme également, qui est le sport national, les autorités ont vu grand. Ils ont d’abord créé un cadre très favorable pour l’éclosion de nombreux champions cyclistes qui sont aujourd’hui classés parmi les meilleurs au monde. Pour leur offrir des conditions d’entraînement optimales, l’État rwandais a construit des routes d’une grande qualité. Le réseau routier rwandais est considéré comme l’un des meilleurs du continent africain.

Ces pays africains qui investissent intelligemment dans les infrastructures

Grâce à ce réseau routier atypique, le Rwanda s’est vu attribuer l’organisation des championnats du monde de cyclisme sur route 2025, une première pour l’Afrique. À ce niveau encore, le Pays d’Afrique de l’Est aura une formidable aubaine de dynamiser son économie avec la création de nombreux emplois et de nouveaux secteurs (biens et services, tourisme local, gastronomie…).

L’Éthiopie et le Kenya consentent aussi d’immenses efforts pour construire des infrastructures sportives de bonne qualité afin de faire germer des graines de champion. Ces deux pays forment depuis des décennies certains des athlètes les plus performants au monde dans des disciplines comme l’athlétisme (course de fond et de demi-fond). Ces différents athlètes qui arrivent à s’entraîner dans de bonnes conditions avec des pistes d’athlétisme conformes pulvérisent fréquemment de nombreux records internationaux avec à la prime des prix dotés de montants colossaux.

Ces athlètes millionnaires reviennent ensuite au Kenya et en Éthiopie pour créer de la valeur ajoutée à travers des investissements ciblés dans différents secteurs de l’économie (Agriculture, élevage, commerce, biens et services, marketing sportif, numérique). D’une manière très audacieuse, ces athlètes partagent le fruit de leurs succès avec l’ensemble du pays. Pour arriver à ce niveau, ils ont bénéficié d’un certain nombre de conditions notamment au niveau des infrastructures pour se perfectionner afin de devenir des champions.

L’Afrique a tout à gagner avec une bonne vision de la construction des infrastructures

L’Afrique du Sud et la Namibie ne sont pas en reste en ce qui concerne les infrastructures. Pays où la pratique du Football et du Rugby sont fortement répandus, les autorités de ces deux pays ont construit de très bonnes infrastructures pour non seulement former des talents internationaux et également attirer des investisseurs dans divers domaines d’activités.

Le Maghreb avec des pays comme le Maroc, l’Algérie, l’Égypte ou encore la Tunisie dispose d’infrastructures sportives de dernière génération qui apporte une énorme plus-value à leur économie et qui permet sans cesse de faire émerger de nouvelles opportunités au profit de l’ensemble de la population.Les infrastructures sportives peuvent apporter une énorme plus-value au développement de l’Afrique.

 Les décideurs doivent avoir l’audace et la vision d’investir dans des infrastructures hors norme qui vont servir de levier pour tous les autres secteurs d’activités de l’économie continentale. Au-delà des discours politiques, il faut accorder des budgets conséquents pour la réalisation de projets d’infrastructures sportives à long terme qui vont attirer des investisseurs de qualité pour faire naître des perspectives nouvelles. Le continent deviendra alors une terre d’opportunités uniques pour l’épanouissement socio-économique des populations africaines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici